La vie du Club

Parce que dans une vie de Lions, la place est grande pour l’action, l’implication, l’engagement, mais il y a aussi  des moments particuliers de plaisir et d’enrichissement : rencontres et conférences inter-club, partages d’expérience, événements particuliers de l’un ou l’autre de nos membres à fêter…

Nous espérons qu’ils vous donneront envie de nous rejoindre !


Lundi 1er octobre 2018 : Un hommage rendu au centenaire de la guerre 14-18 par une  conférence historique de Michel GIARD

L’écrivain essartois, Michel Giard, est venu animer avec brio la réunion statutaire-conférence du Lions Club de Rambouillet au restaurant du Mercure. Il est l’auteur de 66 ouvrages : livres historiques, romans et polars.

Michel Giard a insisté sur la tragédie de cette 1ère guerre mondiale, une hécatombe pour les hommes, mais aussi pour les animaux.  » Du côté français, 1,3 millions d’hommes ont été tués et plus d’un million ont été blessés. Côté français toujours, un million de chevaux sont morts au cours de cette guerre. Ils servaient dans les régiments de cavalerie, mais aussi pour le transport des munitions, du matériel et des hommes sur le front. Dans les 15 premiers jours d’août 1910, près de 700 000 chevaux ont été mobilisés. Tous les agriculteurs avaient obligation de déclarer en mairie les chevaux de plus de 3 ans ».

Pour cette terrible guerre, l’armée française a également utilisé des pigeons voyageurs, des chiens et des mulets, notamment.  » L’hiver 1914-1915 a été rude dans l’Est et les mulets n’étaient pas adaptés. Deux militaires ont été envoyés au Québec, jusqu’à Vancouver, pour ramener des chiens de traîneaux. Ce ne fut guère facile, mais ils ont pu revenir avec 400 attelages, et des mushers canadiens ont formés les maîtres-chiens. Il fallut aussi rapporter de la viande séchée, nourriture habituelle de ces chiens de traîneaux. » Et Michel GIARD de citer l’anecdote significative du chien « STUBI » que l’armée américaine a promu Sergent pour les grands services rendus. Il a abordé également les conditions d’hygiène durant cette guerre et en particulier les poux dont les Poilus se plaignaient pratiquement dans toutes leurs lettres.  Une passionnante conférence, riches du vécu des hommes, après laquelle l’écrivain a répondu aux questions de l’assemblée et signé des dédicaces.

 

 

Les commentaires sont fermés